Far la routo

Far la routo

Far la routo en occitan signifie « faire la route », transhumer.

Les territoires traversés par l’itinéraire La Routo ont longtemps été reliés par les grandes transhumances ovines à pied depuis les plaines de basse Provence (Crau et Camargue) vers les vallées occitanes du Piémont, qui empruntaient les voies (les drailles) de transhumance.

Génèse

Ces pratiques autour de la grande transhumance ovine, qui se sont achevées dans les années 1950, marquent encore aujourd’hui fortement l’identité et les paysages des territoires.

Elles ont donné lieu à une enquête ethnographique, une exposition itinérante et une publication (intitulées « La Routo »), réalisées par l’Ecomusée du Pastoralisme, l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative (Aix-en-Provence) et la Maison de la Transhumance, présentées depuis plus d’une dizaine d’années dans une trentaine de sites, de la Provence aux Alpes.

G. Lebaudy et D. Albera – La Routo (Ecomuseo della Pastorizia / Primalpe, 2001)

 

C’est sur cette base historique que s’appuie La Routo afin de permettre la découverte des territoires, des métiers et des produits de l’élevage pastoral et leur histoire à travers l’itinérance, sur les chemins de transhumance.

 

  • De la Provence au Piémont

    Dès le milieu du XVe siècle, les grands transhumants quittaient au printemps les plaines desséchées de Provence…

    +

  • Les transhumances d’aujourd’hui

    La transhumance, du latin trans, « au-delà »,  et humus, « terre », désigne les déplacements saisonniers…

    +

  • Le métier de berger

    De tous temps et toujours aujourd’hui, les troupeaux
    transhumants provençaux sont gardés par un berger en…

    +